Comment dresser son soumis ?

Si vous souhaitez apprendre le dressage des soumis et l’art du BDSM, vous êtes au bon endroit. Nous vous apprendrons comment dresser efficacement votre soumis.

L’entraînement des soumis, comme son nom l’indique, est une série d’activités qui impliquent des techniques de conditionnement mental et sexuel entre le dominant et le soumis. Cela garantit un partenariat à long terme entre les deux parties et permet au soumis de satisfaire efficacement son maître/maîtresse.

Si vous avez lu des ouvrages sur le bondage et le sadomasochisme, vous savez probablement à quel point une relation BDSM est complexe. Si vous voulez assumer le rôle de dominant, vous devez apprendre à travailler efficacement dans cette dynamique. Ce n’est pas comme dans la trilogie Fifty Shades, où Christian Grey prend le contrôle de la vie d’Anna – ce film représente un abus et ne reflète pas la véritable nature du BDSM.

Maintenant que nous vous avons donné un bref aperçu de ce qu’est l’entraînement des soumis, requindusexe.com vous propose son article : Comment dresser son soumis ?

Les choses à établir avant de former votre soumis

Comme pour toutes les activités perverses et sexuelles, une discussion s’impose. Avant de plonger dans les différentes techniques d’entraînement de la soumission, assurez-vous d’obtenir le consentement de votre partenaire et que tout ce qui est énuméré ci-dessous est établi.

1) Buts et désirs

Vous devez vous demander mutuellement « Pourquoi ? ».

Pourquoi vous et votre soumis devez-vous faire cela ? Votre partenaire est-il fatigué de prendre le contrôle de tous les aspects de sa vie et souhaite-t-il une pause rapide ? Des films sur le BDSM ont-ils éveillé votre intérêt ? Faites-vous cela tous les deux pour le plaisir ou parce que vous voulez renforcer votre relation ?

Vous devez également poser la question « Quoi ? ».

Quelles sont les choses que votre soumis veut essayer pendant l’entraînement de soumission ? Quelle technique voudriez-vous utiliser lorsque vous entraînez votre soumis ? Les « attentes » de chacun sont-elles réalisables ? Quels sont les objectifs personnels de votre soumis ? Y a-t-il des fantasmes que vous aimeriez tous les deux incorporer dans la scène ?

2) Limites

Vous pourriez penser qu’une relation BDSM est unilatérale – le dominant prend le contrôle et le soumis accepte tout de son plein gré – mais ce n’est pas nécessairement le cas. Mais ce n’est pas nécessairement le cas. En fait, le BDSM n’est pas uniquement destiné au plaisir du dom ; les soumis doivent également avoir une expérience agréable.

Pour cela, vous devez établir les limites dès le début. Avoir des limites et des bornes permet au soumis d’explorer sa sensualité en toute sécurité.

Il existe deux types de limites : les limites souples et les limites dures. Comme le nom l’indique, les limites souples sont les activités qui sont négociables. Votre soumis peut être intéressé à en savoir plus ou simplement ne pas être prêt à faire cette activité particulière. Une fois qu’une décision a été prise, le subordonné peut accepter de faire certaines des limites souples ou même être exigé de vous.

Voir aussi :  Garder le sperm : Stratégies efficaces pour augmenter les chances de succès

D’autre part, les limites strictes sont les choses que votre subordonné ne fera jamais. Un point c’est tout. Même si vous aimez les jeux électroniques, vous devez respecter la décision de votre partenaire s’il ne veut pas le faire.

Ce qu’il faut retenir de tout cela est simple : Vous ne devez pas mettre la pression sur quelqu’un ou être mis sous pression pour faire des choses auxquelles vous ne voulez pas participer. Même vous, en tant que dom, si vous n’aimez pas faire une activité particulière, il est normal de dire non. Les limites peuvent également être fluides tout au long de la formation du soumis, alors assurez-vous d’avoir une discussion régulière avec votre soumis sur les limites de chacun.

3) Mot de sécurité

Ce mot est vital pour le dressage de la soumission. Ne commencez jamais une session de jeu sans l’établir correctement.

Un safeword est un mot ou un signal qui met fin instantanément au jeu BDSM. Une fois que votre soumis a prononcé le safeword, l’activité s’arrête et les rôles sont supprimés. Il est généralement prononcé en raison d’une gêne ou d’une douleur, alors assurez-vous de contrôler votre subordonné dès que possible pour garantir sa sécurité.

En ce qui concerne le mot, vous pouvez choisir n’importe quel mot, mais optez pour quelque chose d’étrangement spécifique. Des mots tels que « Stop » et « Non » sont des mots que vous utilisez couramment pendant le jeu, donc le fait que votre sous-marin utilise ces types de mots peut vous déconcerter. Vous pouvez également utiliser les mots de sécurité courants utilisés par les personnes expérimentées, comme « rouge », « banane », « superman » ou le nom complet de votre partenaire.

Veillez également à établir un mot de sécurité non verbal. Cela sera utile lors des jeux BDSM où la bouche du partenaire est bâillonnée. Il peut s’agir de signaux de la main, de mouvements spécifiques de la tête ou de tapotements de la main.

4) Présentation

Une fois que vous avez établi les éléments essentiels, il est temps de passer à la partie amusante. Pour ce qui est de la présentation, vous et votre partenaire devez déterminer l’apparence de l’autre pendant la séance de jeu.

Voulez-vous que votre partenaire porte des vêtements en latex ? Vous voulez ajouter un peu de jeu de rôle dans le mélange et lui faire porter certains uniformes ? Voulez-vous que votre partenaire porte un parfum spécifique ? Ce sont les questions que vous devez vous poser lorsque vous discutez de l’apparence et du comportement de l’autre.

Votre subordonné a également son mot à dire à ce sujet. Si votre partenaire n’aime pas un type de vêtement particulier, respectez son choix et proposez-lui d’autres options. Votre partenaire peut également vous demander d’avoir une présentation spécifique pendant les jeux BDSM ; par exemple, votre partenaire veut que vous portiez une tenue de soirée pendant l’acte.

5) Formes d’adresse

Une fois la présentation établie, vous devez déterminer comment votre partenaire s’adressera à vous et communiquera avec vous et les autres.

Votre partenaire doit-il vous appeler maître, maîtresse, reine, roi, monsieur ou madame ? Les blasphèmes sont-ils autorisés pendant les jeux BDSM ? Allez-vous parler à votre partenaire sur un ton plus chaleureux, ou préférez-vous tous les deux une communication plus froide ? Ce sont des choses que vous devez prendre en compte lorsque vous parlez des formes d’adresse.

Voir aussi :  Comment utiliser un Fleshlight ?

6) Formes et niveaux de service

Le service fait partie de la dynamique dom-sub. Au cours de cette discussion, vous devez parler des services que vous souhaitez obtenir de votre subordonné. Vous avez besoin d’aide pour gérer vos tâches quotidiennes/hebdomadaires ? Voulez-vous que votre subordonné fasse les tâches ménagères à votre place ? Voulez-vous que votre subordonné réponde à vos besoins sexuels ? Ce sont là quelques exemples de sujets que vous pouvez aborder au cours de cette discussion.

7) Formes de la posture

Dans ce cas, vous devez apprendre à votre partenaire comment se comporter dans une situation donnée. Cela détermine la façon dont vous et votre subordonné agissez pendant la session ainsi que dans les activités quotidiennes/hebdomadaires.

8) L’espièglerie

Vous devez également établir des niveaux d’espièglerie. En tant que dominant/dominatrice, vous devez proposer des activités qui seront amusantes pour votre partenaire, comme les jeux de rôle et les jeux sexuels. Cette discussion vous aidera également à déterminer les moments où votre subordonné doit être sérieux et ceux où il peut être un peu plus enjoué.

Techniques de conditionnement pour l’entraînement des soumis

Une fois que vous et votre soumis avez eu la discussion initiale, il est temps de passer à l’entraînement proprement dit. Pour commencer, vous devez apprendre les techniques de conditionnement. L’objectif principal du conditionnement de nos soumis est de leur présenter un « stimulus » et de les faire réagir de la manière que nous préférons. Voici quelques techniques de conditionnement que vous pouvez utiliser pendant l’entraînement des soumis.

1) Conditionnement classique

Si vous avez entendu parler de Pavlov, alors peut-être que le « conditionnement classique » vous dira quelque chose (vous avez vu ce que j’ai fait là ?). La façon la plus simple de comprendre ce concept est de se référer au chien de Pavlov. Chaque fois qu’il nourrissait son chien, il faisait sonner une cloche pour signaler qu’il devait manger. Il le faisait de manière répétée jusqu’à ce que finalement, même en l’absence de nourriture, le seul son de la cloche fasse saliver le chien.

L’entraînement d’un sous-marin se fait essentiellement de cette manière. Je ne dis pas que vous devez entraîner votre subordonné à être un chien. Ce que nous voulons, c’est qu’il réagisse de manière cohérente à vos ordres. Lorsque vous lui donnez un ordre ou une suggestion, c’est comme si c’était fait.

Une traduction simple de ce concept dans le domaine du kink est l’utilisation d’un sex-toy particulier. Par exemple, un gode. Si tu l’utilises assez souvent, il peut susciter une réaction d’excitation sexuelle désirée. Ou même un simple ordre. Par exemple, vous dites « Écarte tes jambes, esclave ». Effectué correctement, le simple fait de prononcer ces mots pourrait déclencher l’excitation de votre esclave et l’exécution instantanée de l’ordre. L’ordre est le stimulus.

2) Le conditionnement opérant

Si vous comptez utiliser le conditionnement opérant pour entraîner votre soumis, vous lui donnerez des punitions et des récompenses pendant l’entraînement. Cette technique est un moyen pour vous d’encourager et de maintenir les comportements souhaités et de décourager les comportements indésirables.

Si votre soumis suit vos instructions et ne change pas d’avis, vous lui donnerez un renforcement positif (câlin, baiser, compliment, massage, collation, etc.). D’autre part, si votre subordonné a cessé de suivre vos règles, vous lui donnez alors un renforcement négatif (fessée, fouet, privation sexuelle, jeu de tétons, jeu électro, etc). Cela le conditionnera à continuer à suivre vos ordres et à diminuer les actions défavorables.

Voir aussi :  Ruby Nikara nude : Ses 10 Dernières Photos et Vidéos Leaks

3) Extinction

Pour cette technique, vous allez ignorer les comportements indésirables. Certains abonnés ont tendance à demander de l’attention par des actions défavorables. Si vous ne vous en souciez pas du tout, il est fort probable qu’ils arrêteront puisqu’ils n’obtiendront pas l’attention qu’ils recherchent, et qu’ils commenceront à suivre vos ordres à la place.

4) Modélisation

Une autre technique de conditionnement pour entraîner votre soumis consiste à lui montrer, étape par étape, comment faire les choses correctement. Si votre soumis apprend mieux par des signaux physiques et verbaux, l’entraînement sera beaucoup plus facile pour vous deux.

5) Renforcement différentiel

Pour cette technique de conditionnement, vous donnerez un renforcement positif pour une diminution du comportement indésirable. Cette méthode met l’accent sur les progrès de votre soumis. Elle permet beaucoup d’encouragements et est parfaite si le dressage de votre soumis exige qu’il atteigne un certain objectif.

Les différents types de dressage des soumis

Maintenant que vous avez appris les différentes techniques de conditionnement pour entraîner votre soumis, passons aux différents types d’entraînement de la soumission. Il s’agit de différentes manières d’entraîner votre soumis, en fonction des objectifs, des besoins, des désirs et des limites de chacun. Vous n’êtes pas obligé de vous limiter à un seul type d’entraînement : c’est à vous et à votre soumis de mélanger et d’assortir vos méthodes.

1) L’entraînement au jeu

Le play training est un exercice de jeu de rôle fantastique. L’objectif réel est de passer un bon moment. Vous n’êtes pas censé apprendre quoi que ce soit. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas important. S’amuser est important dans un échange de pouvoir. Assurez-vous simplement que vous êtes tous les deux sur la même longueur d’onde. Par exemple, si vous formez votre subordonné au métier de domestique, précisez que vous voulez qu’il répète la formation chaque semaine ou ce que vous voulez qu’il fasse.

2) Formation préférentielle

Il s’agit de la formation que le dom préfère, comme l’étiquette spécifique, le protocole ou les rituels qu’il aime. Par exemple, un subordonné peut avoir été entraîné à attendre la permission avant de manger mais son nouveau dom trouve cela ennuyeux. Votre subordonné doit donc s’adapter aux préférences de son nouveau maître.

De plus, la vérité est que, en tant que doms, nous aimons l’entraînement des préférences et nous n’aimons pas que quelqu’un d’autre ait fait l’entraînement pour nous. Par exemple, c’est bien que le sous-marin ait déjà été formé pour nous apporter du café tous les matins. Mais il est préférable d’avoir un subordonné que nous avons nous-mêmes formé à apporter du café au lit tous les matins et qui a tout fait exactement selon nos préférences. Si le sous-marin a déjà été formé pour faire ce que nous aimons, cela nous prive du plaisir de mener nous-mêmes la formation et de la rendre plus personnalisée pour nous convenir.

3) Formation sur soi-même

Il s’agit du type de formation qui peut aider quelqu’un à devenir fondamentalement meilleur dans la soumission.

Les soumis sont appelés à communiquer clairement leurs limites et leurs désirs les plus sombres. A rester respectueux et à obéir même lorsque la tentation d’agir autrement est grande. A être transparent sur leurs sentiments et réactions les plus vulnérables. Ces choses sont difficiles à faire. Elles nécessitent une conscience de soi, de la discipline, de la sensibilité et une bonne maîtrise de la communication intime.

Ainsi, le cœur de la soumission ne consiste pas à mémoriser les rituels ou les positions. Il s’agit de se connaître, de gérer ses émotions et de communiquer clairement et avec compassion – et ces compétences peuvent être entraînées. Toute l’équipe de requindusexe.com reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

Laisser un commentaire